Blog

Bellanca Super Décathlon

Les constructeurs d'avions-Bellanca Super Décathlon

Le  Bellanca super Décathlon

 

Il est beau et pas très cher à l'achat (autour de 90 €). En ouvrant la boite, on découvre un modèle en bois, prêt a monter, en apparence de belle facture, et bien décoré . Tout ou presque s'y trouve, le support moteur, le réservoir , durits, visserie, train d’atterrissage, une notice photo pour le montage du modèle et de la radio avec tous les réglages, jusqu'au cône d'hélice. Bref on en a pour son argent.

 

fu                                                       

      Le fuselage et les accessoires.

Boite

   sont bien protégés. 

n

Une notice explicative photo est jointe  pour la construction.

 

Mais !!!!! il y a toujours un mais, ce modèle doit être monté au moins par un débutant dégrossis en matière de construction.Si toutes les pièces sont bien découpées et assemblées avec le minimum de colle, il n'en reste pas moins que pour un avion de début (qui va souffrir le martyre au cours de ses vols) les divers renforts de fuselage sont un peu légers ;

 

Le montage des ailes:

Tout commence par le montage à blanc de la clef d'aile. Si elle passe bien d'un côté , il faut raboter la clef de l'autre pour quelle puisse s'enfiler sans jeu. En assemblant ces 2 demi-ailes, je constate que le trou servant à la fixation du tourillon des ailes est décalé et ridiculement petit. Il va de soit que lors d'une ressource brutale, le risque de rupture est extrême et entraînera la perte du modèle. Une modification s'impose donc par le remplacement du tourillon de 6 mm par 2 de 8 mm placés sur chaque demi ailes. Pour infos en cas de ressource brutale lors d'apprentissage le poids de l'appareil est multiplié par 4 ou 5. (Ici le modèle pèse 2,5 kg X par 4 = 10 kg) La taille des commandes d'ailerons est tout aussi ridicule et seront remplacées par du plus sérieux. La fixation du servo d'aileron doit être renforcée elle aussi. Un bon point pour les écrous en plastique des dominos qui ne risquent pas le desserrage. Les haubans seront montés au final lorsque tout sera calé et vérifié.

 

sp5

L'emplacement du tourillon de 6 mm.

sp6

   Fixation prévue pour la commande d'ailerons.  ( à droite l'échange)  

Le fuselage:

Bien conçu, mais pas assez large pour de grosses mains comme les miennes. La position des servocommandes est très en arrière et en profondeur dans le fuselage. C'est la panique pour y mettre les vis de fixation.

sp9

On remarque le renfort arrière de l'aile  au dessus des servos.

La partie de la cabane qui reçoit le tourillon d'aile est à peine collé sur 2 languettes du fuselage formant la partie avant  au niveau du cockpit. Elle sera modifié comme la partie arrière.

SP4

  La fixation des ailes ne tient que sur 20 mm.  

Un bon point pour la position du réservoir dans l'axe du moteur qui sera positionné cylindre couché à l'horizontal.

Position idéale du réservoir.

 

Le montage du moteur:

Le montage du moteur utilise normalement un bâti adapté. Dans ce cas celui qui est livré (de bonne facture) est prévu pour un 11 cc 4 temps. Il ne correspond pas et n'est pas adaptable au moteur envisagé : un 46 LA;

Le bâti est prévu pour un 11 cc 4 temps. (beaucoup trop large pour l'OS 46 LA.)

 

Moteur en position couché. (le réservoir se trouve dans l'axe du carburateur en position idéale)

On remarquera les renforts (non peints) au dessus du moteur.

Tout est prévu pour la maintenance minimum, c'est à dire que tout est démontable (pare brise pour accès au réservoir , capot moteur auquel on rajoute quelques renforts).

 

Montage du stabilisateur et de la dérive .

 

La dérive est montée d'équerre sur le stabilisateur.

Le collage de la dérive sur le stabilisateur demande un peu de soins et de précautions. il ne faut pas oublier d'enlever (dans le lieu des collages) une partie de l'entoilage. et monter le tout d'équerre. Une fois sec la pose sur le fuselage se fera avec la mise en croix des ailes en mesurant avec précision.

La pose des commandes :

Les commandes sont toutes pré formées et montées dans le fuselage; Sauf que lors du montage en actionnant les servos, la commande de profondeur à entamé le flanc du modèle en causant une fissure a cause d'un mauvais pliage d'origine. Celui ci a été rectifié et tout est rentré dans l'ordre.

Le mauvais pliage d'origine entraine une fissure sur le flanc du fuselage.

Les réglages du débattement des gouvernes ont été respecté à la lettre à 1 ou 2 mm près fidèle à la notice. L'essais en vol va en déterminer la validité.

Le montage des vitres:

Elles ne présentent pas de difficultés particulières, il suffit de découper soigneusement les contours et de les présenter en place avant de coller définitivement.

Les vitres sont pré formées et collées sur le fuselage.

 

 

Le train d'atterrissage:

Les roues sont ridicules, faites pour une piste en dur (et encore). Elles sont remplacées par des roues un peu plus grandes montées sans les carénages. le train est en alu et suffisamment solide.

 

La roue devant est celle d'origine.

Vérification du montage des ailes:

Le montage des ailes et la mise en croix est une formalité qu'il faut impérativement appliquer à tous modéles; C'est la condition pour un vol correct  et sans surprises.

 

La pose de l'aile avec les tourillons de 8 mm le renfort de cabane et le montage des haubans factices.

 

Modèle terminé prêt à voler.

En conclusion:

Il faudra compter entre 20 et 30 heures  pour quelqu'un ayant déjà une expérience certaine pour mener à bien cette construction, en y incluant toutes les modifications de base pour rendre ce modèle sympathique sûr ! Je suis toujours étonné par la qualité de fabrication même si quelques imperfections apparaissent, mais pour moins de 90 € que peut-on prétendre avoir de plus ?

L'essais en vol

Pour le décollage le 46 LA est très largement suffisant, et l'avion prend l' air au bout de 3 ou 4 mètres, non sans avoir eu tendance à passer sur le nez brutalement (le diamètre des roues sans doute). Le vol m'a obligé à réduire les gaz considérablement , environs des ¾, pour pouvoir corriger la tendance forte de l'appareil à cabrer. Une importante correction du trim de profondeur sera nécessaire pour que l'avion retrouve son assiette normale de vol sans pour autant pouvoir utiliser toute la puissance du moteur. Le retour au sol fût précipité, car un des 2 haubans risquait de se détacher.

La conclusion du premier vol :

Le calage de l'aile n'est pas au top;Il y a au moins 3 ° d'incidence de trop (cause du décollage immédiat sans action sur la profondeur)

Le remède sera de positionner au bord de fuite , une cale de 10 mm pour que tout rentre dans l'ordre.

Curieusement Raphaël possède le même modèle avec la même maladie !

Le second vol causera d'autres soucis autres que le comportement de l'avion qui lui est redevenu sain, par un manque de réception des ordres transmis par la radio. Mais ceci est une autre histoire !

 

Pour la petite histoire

Le Président Roosevelt en 1938, pressentant sans aucun doute la seconde Guerre Mondiale, offrit à 20 000 étudiants Américain la possibilité  financière de piloter des avions en  payant leurs heures de vol. Pour concurrencer Piper qui disposait d'un avion bi place en tandem (le Piper Cub) et qui risquait de raffler toute la mise, James Weagle dessina  un fuselage biplace en tandem l'Aéronca 50 Chief pratiquement semblable.

 

                                                                                            

      L'Aéronca militaire de 1941                                                                     Le Piper Cub de la même année

La motorisation était confiée à un Continental  4 cylindres à plats de 50 hp puis par la suite un Lycoming de 65 hp. Environs 500 appareils furent produits pour l'armée et le civil.

En 1944 Ray Hermes redessine le fuselage dans le but de le produire à moindre coût. En octobre 1945 l'avion fût certifié et appelé Champion. En 1950 plus de 10 000 appareils furent vendus.

L'Aéronca Champion

En 1954 Aéronca passe sous le contrôle de Flyers service Inc, par l'intermédiaire de sa filiale  Champion Aircratf Corporation, qui développe une nouvelle game sous le nom de Citabria, puis Scout.

 

                      Le Citabria                                                                                       Le Scout en version flotteurs

En 1970 la société passe après vente sous le nom de Champion Aircraft Compagny, puis sous le contrôle de Américan Champion Aircraft Corp en 1989 qui développe les mêmes appareils sous diverses versions, dont le Bellanca Super Champion.

Cet avion est qualifié pour la voltige, de plus 5 G à moins 5 G; C'est a bord de cet avion que Steve Fossett ( le tour du monde sans escale en ballon et en avion) a disparu le 3 septembre 2007 dans le désert du Nevada.

Commentaires ( 0 )

Laissez un commentaire